Categories

Dernières nouvelles

  • Expo photo dans notre atelier !

    À la rencontre des gardians - Patrick Frilet, Photovoyageur Du 26 mars au 26 mai - boutique d'Aigues-Vives
  • DCF Awards

    Les premiers DCF Awards remis à Nîmes Le réveil du midi - 15 novembre 2019
  • L’artiste Farouk expose ses toiles spontanées

    La Botte Gardiane a invité le peintre Farouk pour une soirée spéciale vendredi 29 novembre. Midi Libre - Le 5 décembre 2019 - par Jacques Billing
  • Le Petit Futé

    Guide du Made In France Si le Petit Futé s’intéresse à la mode et à l’habillement, ce n’est pas par hasard. Car oui, la France se démarque...
  • Dans les coulisses de l’atelier la Botte Gardiane

    La Botte Gardiane au coeur de la culture camarguaise Jolie Bump Blog - 29 octobre 2019

Commentaires récents

Mots-clés populaires

France 2, JT de 13h - Bottes : le savoir-faire camarguais

France 2, JT de 13h - Bottes : le savoir-faire camarguais

Reportage diffusé Mardi 30 janvier 2018 dans le JT de 13h sur France 2

Reportage sur La Botte Gardiane dans le JT de 13h sur France 2

C’est un succès "made in France". Cette chaussure est une fierté camarguaise : 60 ans que l’usine est installée entre Nîmes (Gard) et Montpellier (Hérault). Et si la marque est en plein essor et embauche, c’est parce qu’elle a su se diversifier. 

Une chaussure comme égérie. Elle n’a parcouru que quelques mètres depuis la fabrication, car dans cet atelier tout est fait sur place. Depuis 60 ans, ces bottines sont confectionnées en France. Un article d’exception, pour lequel tout commence par le choix des matériaux. Un cuir épais, de presque 3 mm, c’est l’ADN de cette marque ; à sa création en 1958, elle développe un modèle de bottes solide pour les gardians, ces cavaliers de Camargue qui mènent les troupeaux.

En moyenne, 300 euros la paire de chaussures

Reprise en 1995 par la famille Agulhon, l’entreprise est aujourd’hui tenue par la deuxième génération, deux frères fiers de perpétuer les traditions. Ici, pas de travail à la chaîne : trois heures sont nécessaires pour fabriquer chaque paire, vendue en moyenne 300 euros. Pour maîtriser les gestes, les salariés sont formés pendant plusieurs années au sein de l’atelier. Aujourd’hui, la relève s’organise.

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Reload

Envoyer